Le cuivre est sans doute l’actif le plus intéressant à trader parmi les matières premières, bien que moins connu et populaire que l’or ou le pétrole. 
cuivre

L'évolution du marché du cuivre

Le cuivre est coté au London Metal Exchange (LME), en USD/tonne.

Après avoir connu une grave crise de sous-consommation dans les années 1929-1935, le marché du cuivre s’assainit à la veille de la guerre, par suite du plan de restriction appliqué en 1935-1936 par les principaux producteurs d'Afrique et d'Amérique du Sud, en parallèle d’une reprise de la consommation provoquée par la politique d'armements.

C’est dans cette démarche, qu’au début de la guerre les gouvernements anglais et américain conclurent des contrats d'achat à long terme afin de s'assurer l'exclusivité de la production de cuivre des continents américain et africain pendant les hostilités.

C’est ainsi, que l'extraction de ce métal s'accrut rapidement pour atteindre son apogée en 1943.

Cependant, la consommation n’a pas suivi, particulièrement en raison de l’utilisation d’autres métaux non ferreux tel que l’aluminium dans l’industrie de guerre, provoquant une inquiétude quant à une surproduction de la part des dirigeants anglo-saxons.

Or, il n’en est rien. Le cuivre n’est pas un métal excédentaire, et dès 1946, son extraction va ralentir faute de main-d'œuvre et de moyens de transport. En même temps, la reconversion de l’industrie de l’aluminium est beaucoup plus lente que prévue.

Ainsi, le prix du cuivre va plus que doubler entre 1938 et 1947.

Du fait de leur dépendance à l'activité économique, et en particulier de la demande chinoise, le cours du cuivre a connu une forte progression entre 2010 et 2011. Un pic a ainsi été atteint, dépassant les 9000 dollars par tonne en février 2011.

Depuis cette date, le prix du cuivre est sujet à une certaine volatilité. On notera une baisse significative fin 2011 en pleine crise de l'euro-zone, avec une tendance baissière en 2013 et en 2014, alors que le ralentissement de la croissance chinoise faisait craindre un affaiblissement de la demande mondiale.

Le cuivre s’échange à l’heure actuelle aux alentours des 5290 euros par tonne.

Qui sont les acteurs sur le marché du cuivre ?

Comme tout marché, il existe une offre et une demande.

L’offre : Selon l'USGS (US Geological Survey), le Chili et le Pérou détiendraient à eux seuls plus de 40% des réserves minières mondiales connues et seraient également les premiers exportateurs du minerai. Cependant, les récents incidents qui ont touché le Chili (grèves, inondations...) ont eu un impact immédiat sur le marché mondial du métal, laissant la possibilité a d’autres pays telle que la Russie ou la Zambie de développer les extractions du minerai.

La demande : Extrait sous forme de minerai, le cuivre doit être raffiné avant d'être utilisé. De plus, sa résistance à la corrosion, et sa capacité à une très bonne conductivité électrique et thermique, en fait un métal « phare » dans les secteurs des équipements électroniques et des câblages électriques.

Même si plus de la moitie de sa production est utilisée à cet effet, il est également présent dans l’industrie et la plomberie.

Le cuivre peut être utiliser pur ou en alliage avec du zinc (pour former du laiton), du nickel ou de l'aluminium.

Compte tenu des secteurs dans lesquels il est utilisé, le cuivre connaît une demande très sensible à l'activité économique, particulièrement en Chine et au Japon, les deux plus gros importateurs de ce minerai.

Les fondamentaux du marché du cuivre

Le cuivre, essentiellement utilisé dans la construction, est particulièrement sensible à l'économie mondiale.

Ainsi, certaines informations ont un rôle majeur dans la perspective d’investissement sur ce métal :

  • La santé de l’économie américaine qui est l’un des indicateurs les plus fiables en raison d’une forte corrélation.
  • La valeur du dollar américain face aux autres devises principales qui influence les cours à la hausse comme à la baisse.
  • La santé de l’industrie mondiale et principalement celle de la production d’appareils électriques.

Des gisements de cuivre de plus en plus rares

Selon certains spécialistes, les grèves dans les mines chiliennes et péruviennes, les deux grands pays fournisseurs mondiaux, ne sont pas prêtes à s’améliorer, comptes tenus des nombreuses négociations, et pourraient par conséquent faire basculer le marché en déficit. L’approvisionnement se fait de plus en plus rare.

En parelle et à plus longue échéance, les producteurs miniers soulignent la rarefaction des decouvertes de gisements majeurs ces dernières années.

Ainsi, le cours du cuivre aurait encore un bel avenir.

METTEZ TOUTES LES CHANCES DE VOTRE CÔTÉ

Apprenez à investir efficacement en suivant notre formation personnalisée

Découvrez notre formation en bénéficiant 1 heure de coaching gratuit par téléphone avec nos formateurs. Sans frais, sans engagement, contactez-nous